Le phoque moine de méditerranée : une espèce à protéger d’urgence

Mljet est une île de forme allongée située non loin de Dubrovnik. Elle se distingue par son climat méditerranéen composé d’étés secs et d’hivers doux et humides avec à peu près 2500 heures de soleil par an.
.
Le Parc national de Mljet occupe le tiers nord-ouest de l’île qui, de nos jours, s’étend sur 5373 hectares composés d’espaces naturels protégés et de la mer environnante. Cet espace fut déclaré parc national en septembre 1960, et sa partie maritime y fut ajoutée en 1997. Il représente la première véritable tentative institutionnelle de protection d’un écosystème authentique dans toute la région de la mer Adriatique. Le célèbre océanographe français, Jacques Cousteau, après avoir plongé il y a une quarantaine d’années dans les eaux entourant l’île, a déclaré que l’eau de cette région était l’une des plus cristallines au monde.
.
Les eaux baignant Mljet, reconnues comme une zone océanographique particulièrement riche, furent longtemps l’habitat préféré du phoque moine de méditerranée. Mais cette espèce de phoque, la plus rare de méditerranée, est en voie d’extinction dans tout le bassin méditerranéen. Aujourd’hui, il n’y en aurait pas plus de 200 en méditerranée et encore 150 individus en Mauritanie. On considère qu’il fait partie de l’une des 10 espèces les plus menacées au monde…
.
Plusieurs fondations comme le Marineland ou encore le WWF ont lancé des projets de sauvegarde de cet animal.
.
.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *